14 avril 2022

Interview de Sylvain Abélard : Les entreprises peuvent-elles utiliser des logiciels gratuits ?

Les entreprises peuvent-elles utiliser des logiciels gratuits ? Des logiciels libres ? Interview de Sylvain Abélard, ingénieur Software et partner de la société Faveod

Lire la suite

« L’internet libre est-il gratuit ? » C’est la question qui a rythmé la rédaction d’un des thèmes de notre Instagram : @cool_it_fr

Pour y répondre, nous avons abordé la question sous plusieurs angles :

  • Celui des internautes
  • Celui des professionnels du contenus
  • Celui de l’économie

En tant qu’informaticien•ne, quand nous pensons à « la gratuité », nous pensons à l’Open Source. Et bien souvent, nous grinçons des dents, parce qu’en tant que créateur-technicien, pour nous rien n’est jamais vraiment gratuit, et ne devrait jamais l’être totalement pour rester performant et sûr pour les internautes.

Sylvain Abélard, ingénieur Software et partner de la société Faveod, a pris le temps d’échanger avec nous à ce sujet.

#1 – Quel est ton rapport à la gratuité des services en ligne ?

En tant que client, je veux du tout gratuit. Mais si c’est gratuit, c’est vous le produit !

Dans l’ensemble j’ai tendance à fuir le Web gratuit même si la prison Google est dorée.

Mais pas que Google : les exemples ne manquent pas ! Il faut « juste » suivre l’argent et l’histoire.

Les services Google sont pratiques, et comme tout le monde j’apprends ensuite leur coût en données personnelles, en services qui me rendent captifs (le confort d’un tableur partagé), en services qui ferment (Reader, leurs nombreuses messageries) ou qui font le bras de fer avec les acteurs établis (la presse, les commentaires sur Maps).

J’ai appris à me méfier de services qui montent trop vite, puis qui ferment les accès à du contenu que je voulais voir ouvert (Quora, Medium). On sait bien qu’exposer son travail chez un autre, c’est prendre le risque qu’il garde, change, ferme…

On pourrait aussi vouloir un monde moins centralisé, et s’efforcer de prendre des services « moins chers et très pratiques ». Hélas, ils se feront plus ou moins rapidement racheter : Instagram, WhatsApp, Bandcamp, Skype, Tumblr… avec les changements au service que cela peut impliquer.

« En tant que consommateur responsable, je suis content de payer pour des services de qualité, et aussi pour montrer qu’une approche légale et profitable existe. »

Quitte à parler d’histoire ancienne, durant un très court laps de temps, on a vu du RSS partout : des outils ouverts, le rêve que chacun ait son petit serveur et sa part d’internet à soi ! On avait des agrégateurs, des outils permettant de se faire des pages, qui utilisent plusieurs services ouverts…

Puis très vite les intérêts commerciaux ont cherché à re-centraliser ce qui était décentralisé, souvent à perte, dans l’espoir de devenir un acteur indispensable et monétiser tout cela.

En tant que consommateur responsable, je suis content de payer pour des services de qualité, et aussi pour montrer qu’une approche légale et profitable existe. À l’époque, le « danger du piratage » faisait parler jusqu’à l’Assemblée ; depuis, Netflix a mis tout le monde d’accord… et le marché s’est de nouveau fragmenté, le piratage revient plus fort, et ainsi de suite.

Payer, c’est aussi pouvoir voter avec son porte-monnaie : quand diverses entreprises ont voulu ajouter des NFT dans leur produit, il a fallu des mouvements de communautés entières pour dire aux managers « non, nous n’en voulons pas, et nous sommes prêts à quitter le service ».

#2 – Pour nous, Internet s’est fondé sur la gratuité des savoirs et sur le partage, que penses-tu de l’évolution des modèles économiques dans notre accès au contenu ? (tiping, abonnement, crypto…)

Je ne pense pas qu’Internet se soit fondé sur la gratuité.

Internet, ce sont des réseaux décentralisés, pour des raisons stratégiques : d’abord pour l’armée, puis pour les universités qui ont le partage dans leur ADN…(quoique, avec le business des publications et des revues, ça n’est pas si évident).

Internet, c’est pleins d’acteurs qui pensaient faire beaucoup d’argent et qui ont vu ces rêves mis à mal par un acteur dominant, par du piratage, etc.

Ça a culminé en 2000, par une énorme bulle spéculative, et notamment pour toutes les entreprises qui voulaient faire « l’argent de demain ». Finalement c’est Paypal le seul gagnant de cette époque, et dont certaines personnes (la « paypal mafia », Elon Musk par exemple) façonnent encore les modes aujourd’hui.

Personne ne fait d’infrastructure télécom gratuite, personne n’a d’électricité gratuite.

Le partage d’idée gratuit, c’est un acte militant : les mouvements Logiciel Libre, Linux…

Même Firefox fait de gros accords pour proposer un moteur de recherche par défaut.

Même Framasoft, qui fournit de super services, ont bien besoin de se financer quelque part. Ils ont été plébiscités par les profs durant la crise du COVID, et ils ont dû se fendre d’une tribune politique sur le gratuit, les associations, le service public et la mission de l’État.

#3 – L’événement Log4shell a remis sur la table le sujet des développeurs qui travaillent bénévolement à créer des solutions OpenSource. Penses-tu que cela remette en question la gratuité de ce type de modèle ?

Je ne sais pas si log4shell est un événement.

Preuve par XKCD :  https://xkcd.com/2347/ (je m’attendais à ce qu’il soit plus vieux)

La maintenance n’est jamais sexy, les problèmes sont connus sans qu’on les regarde.

Les process de sécurité des entreprises disent déjà qu’il faut auditer un peu ses dépendances.

On ne peut pas tout refaire, on doit bien faire confiance à des briques qui ne sont pas chez nous. « Faire, réutiliser, ou acheter » est une question qui se pose tous les jours dans toutes les DSI.

« Le souci n’est pas le gratuit, c’est de mal exploiter le gratuit. »

Une entreprise peut très bien bâtir des choses et faire de l’argent avec des briques gratuites. Elle devrait s’engager, non pas pour l’idéologie, mais simplement pour respecter la loi, protéger ses profits, vérifier que toutes les briques sont encore saines. Le souci n’est pas le gratuit, c’est de mal exploiter le gratuit.

Enfin, la santé mentale des devs Open Source n’est pas un sujet nouveau. On leur en demande davantage, on les traite mal. Il y a des développeurs qui disparaissent ou qui sabotent leurs projets et qui, durant quelques jours, mettent à terre toute une chaîne de sécurité.

Sur les paquets NPM, par exemple, il y a eu ce dev qui a saboté son code dont dépendaient des entreprises, et qui a permis à des pirates d’y mettre des attaques.

Log4shell, c’est la continuité de tout cela, avec peut-être une composante absurde en plus : dans le processus de justification de sécurité, de grosses entreprises ont demandé des audits gratuits à des personnes physiques, qui n’avaient absolument aucun engagement envers elles.

#4 – Selon toi, quel service devrait rester gratuit ? Être payant ? Et pourquoi ?

Rien ne restera gratuit.

Les services publics seront gratuits, car ils sont payés par nos impôts : bibliothèques, médiathèques, services pour participer à la vie locale ou nationale…

D’autres auront une étiquette gratuit et se rémunèreront autrement, via la pub, des partenariats, des produits annexes etc.

Certains services continueront via des plateformes de tipping ou de mécénat, ou tenteront de proposer « mieux que gratuit » (article de Kevin Kelly en mai 2008) : l’immédiateté, coffrets prestige, soutien aux créateurs… à ce titre, les streamers de Twitch sont sûrement un phénomène qui devrait intéresser bien davantage.

Fen Rakotomalala
Consultante Conduite du changement / Mes sujets au travail : la transformation RH, le design d’organisation et la communication interne / Et dans la vie : la cuisine et le théâtre contemporain

Vous devriez aimer

Comment mettre en place une feuille de route pour un projet informatique ?

Qu'est-ce qu'une feuille de route ? Quel est l'intérêt de cet outil pour la gestion de projet informatique ? Comment le structurer ? Pour quels bénéfices ? ...

Lire l'article

Quels outils pour travailler l’UX de son site soi-même ?

Même si un prestataire peut le faire pour vous, travailler un minimum l'UX de votre site peut réduire les coûts de développements...

Lire l'article

Interview Ali Moutaib : Croissance et disparités technologiques des pays d’Afrique

Interview Ali Moutaib — Thème Cool IT sur la fracture numérique mondiale — Quelles opportunités et quelles disparités pour les pays d'Afrique ? ...

Lire l'article

Ne ratez plus nos derniers articles

32 rue de Paradis, 75010 Paris